Alpine A4810 : un projet sans lendemain ?

Difficile d’en savoir plus sur ce concept de voiture de sport à hydrogène élaboré par l’Institut Européen du Design de Milan.

Comme cela avait été annoncé, le projet a été dévoilé ce matin en streaming. L’A4810 est le fruit d’un travail collaboratif, avec 28 étudiants en Master Design. L’objectif était de concevoir la voiture du sport du futur, avec des technologies de pointe. Sans que le moindre détail ne soit fourni à ce propos, on sait juste que le bolide d’Alpine roule à l’hydrogène. Et ce concept « semble prêt à prendre la route vers un avenir beaucoup plus durable, sans émissions ». Alpine fait référence à un groupe motopropulseur à hydrogène et précise que le moteur et les réservoirs de carburant sont conçus comme pour ceux d’une hypercar. Il n’y a pas plus de données sur la puissance. Mais, on connaît les mensurations de la bête (longueur 5091 mm – largeur 2010 mm – hauteur 1055 mm – empattement 2717 mm). Le fait est que l’A4810 a un look d’enfer, qui n’a rien à envier à une McLaren.

Voir la vidéo.

On sait simplement que des partenaires ont participé au projet, dont Pirelli pour les pneus et OZ Racing pour les jantes. Le concept a été assemblé par Freeland.car, en association avec FDC et Raitec pour les machines. Alpine s’est impliqué, puisque l’IED salue sa présence , son soutien et son enthousiasme.

Voilà un projet qui donne envie d’entrer à l’école. Cela tombe bien, elle organise des portes ouvertes la semaine prochaine.

Ah, au fait, le nom A4810 renvoie aux 4810 m que mesure le Mont-Blanc. Votre serviteur avait émis cette hypothèse et c’était donc bien vu. Sinon, on peut aussi signaler qu’Alpine engage dans le championnat WEC d’endurance l’A480 en catégorie Hypercar.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting