Avion H2 : Airbus ouvre deux centres de développement en France et en Allemagne

L’avionneur européen poursuit ses efforts dans le domaine de l’avion à hydrogène. Il a décidé de créer deux Centres de Développement Zéro-Emission (ZEDC) qui travailleront sur les réservoirs. Un sera installé à Brême (Allemagne) et l’autre à Nantes (France).

L’objectif des ZEDC est de fabriquer des réservoirs cryogéniques à des coûts compétitifs afin de réussir le lancement de l’avion ZEROe sur le marché. C’est en effet un composant essentiel, dont la conception et l’intégration sont cruciales pour les performances d’un futur avion à hydrogène. Les développements technologiques couvriront l’ensemble du produit et des équipements industriels, des pièces élémentaires à l’assemblage, en passant par l’intégration des systèmes et les essais cryogéniques sur les réservoirs d’hydrogène liquide (LH2).

Les deux ZEDC seront pleinement opérationnels d’ici 2023 pour construire ses réservoirs LH2, le premier essai en vol étant prévu pour 2025.

Airbus a choisi le site de Brême en raison de sa configuration diversifiée et de ses décennies d’expérience en matière d’hydrogène liquide au sein du département Defence and Space et d’ArianeGroup. Le ZEDC se concentrera dans un premier temps sur l’installation système ainsi que sur l’ensemble des tests cryogéniques des réservoirs. En outre, le centre bénéficiera de l’écosystème plus large de la recherche sur l’hydrogène, tel que le Centre pour les Matériaux et les Technologies Éco-efficaces (ECOMAT), et d’autres synergies provenant des activités spatiales et aérospatiales.

Quant au site d’Airbus à Nantes, il a été sélectionné en raison de ses compétences approfondies en matière d’intégration de structures métalliques liées au caisson central de voilure, ce dernier servant parfois de réservoir central, critique pour la sécurité des avions commerciaux. Ce site apportera sa maîtrise dans un large éventail de technologies métalliques et composites et d’intégration. Son expérience en co-design sur les entrées d’air de nacelles, les radômes et les ensembles structuraux complexes du fuselage central est un réel atout. Le ZEDC bénéficiera par ailleurs des compétences et des infrastructures du Technocentre de Nantes, soutenu par un écosystème local innovant tel que l’IRT Jules Verne.

A travers ces implantations, Airbus s’associe aux ambitions des régions d’Allemagne du Nord et des Pays de Loire, tout en encourageant la collaboration industrielle avec les filières associées dans ces régions.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Share on twitter
Share on linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

Laisser un commentaire

H2Today / Seiya Consulting