Bosch pour une approche ouverte de l’évolution de la mobilité

Dans le domaine de la mobilité, selon Volkmar Denner, Président du Groupe Bosch, « il est important de lancer une vaste offensive technologique qui ne se contente pas de privilégier un mode électrique sur batterie pour la mobilité durable ». Le dirigeant souhaite que l’on prenne en compte également les moteurs à combustion efficients, les carburants de synthèse renouvelables et les piles à combustible.

Selon les études prospectives de Bosch, à l’horizon 2030, deux tiers des véhicules neufs seront encore équipés d’une motorisation thermique. Déjà un certain nombre de tests réalisés par des organismes externes attestent du faible niveau d’émissions des véhicules essence et diesel de dernière génération en conditions de conduite réelle. C’est pourquoi, Bosch considère que la voie vers une mobilité sans émissions doit être technologiquement neutre, afin de rendre la mobilité abordable pour le grand public et tenir compte des différents scénarios d’utilisation.

La solution consiste en un mix énergétique entre moteurs à combustion très efficients et des moteurs électriques de pointe.

Le groupe allemand croit en l’hydrogène. Il développe par exemple des piles à combustible pour la mobilité, en partenariat avec Powercell. Elles seront lancées sur le marché en 2022. Destinées dans un premier temps aux véhicules lourds, elles devraient équiper 1 camion sur 8 dès 2030.

 

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting