Hyundai investit dans des technologies en lien avec l’hydrogène

Nourrissant de fortes ambitions dans le développement de la voiture à hydrogène, le constructeur coréen a décidé d’investir dans trois sociétés spécialisées (Impact Coatings, H2Pro et GRZ Technologies) afin d’étendre son écosystème et de réduire les coûts. L’objectif est de rendre à la fois les véhicules plus accessibles et plus sûrs.

Impact Coatings est une société suédoise, spécialisée dans les revêtements en céramique pour les plaques bipolaires (ces dernières étant un élément clé de la pile à combustible). Elle va fournir à Hyundai sa technologie PVD (Physical Vapor Deposition). Les deux partenaires vont également travailler sur de nouveaux matériaux.

H2Pro est une start-up israélienne. Cette dernière a développé un procédé innovant d’électrode au niveau de l’électrolyse, afin de produire de l’hydrogène à partir d’énergies renouvelables et pour un coût abordable. Sa technologie de séparation de l’eau a pour nom E-TAC (electrochemical, thermally active chemical*). Elle extrait l’hydrogène de l’eau en la séparant de l’oxygène. Hyundai était déjà en contact avec la société depuis novembre 2018, via son incubateur Cradle à Tel-Aviv.

Enfin, GRZ Technologies est une société suisse spécialisée dans le stockage d’hydrogène, issue de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). Elle propose de comprimer l’hydrogène à à une plus basse pression (10 bars), tout en améliorant la densité énergétique (2 fois plus que l’hydrogène liquide et 4 fois plus que l’hydrogène gazeux). Et ce, à un coût plus abordable. La technologie DASH (Dense and Safe Hydrogen Storage Module) dissocie les molécules d’hydrogène en atomes, au contact d’un composé métallique. Ce procédé de stockage réversible va faciliter le développement de l’infrastructure pour la recharge des véhicules à hydrogène.

*substance chimique électrochimique activée thermiquement

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting