Forum H2 BFC : un débat sur les importations en Europe

Les 8 et 9 novembre, le forum Hydrogen Business for Climate aura lieu à Montbéliard. Les plénières aborderont les thèmes d’actualité, dont celui sur les importations qui fait parfois grincer des dents.

C’est la deuxième édition de cet événement, porté par le pôle Véhicule du Futur avec le concours de la région Bourgogne Franche Comté, du Grand Belfort et du Pays de Montbéliard. Si l’édition 2022 inaugure des Innovation Labs (des ateliers dédiés à la mobilité et au passage à l’échelle industrielle), les sessions plénières ne manqueront pas de thèmes forts.

La première s’annonce déjà comme une conférence-événement, le 8 novembre au matin. Sur le thème : « produire massivement en local et/ou importer de l’hydrogène vert », l’affiche est exceptionnelle. Sont ainsi prévus : Cécile Prévieu, Directrice générale adjointe, en charge des activités énergie solution chez ENGIE ; Mansur Zhakupov, Vice-Président hydrogène chez TotalEnergies ; Christophe Grudler, député européen (groupe Renew Europe) ; Edouard Oberthur, Responsable du développement en Europe pour Plugpower ; Felix Wunder, responsable du développement de l’hydrogène chez Inovyn (groupe Ineos) ; Vincent Quéau, Directeur des Affaires Publiques chez Haffner Energy ; Gauthier Corbat, Directeur adjoint du groupe Corbat en Suisse ; Marie-Claire Aoun, Présidente de Gas for Climate ; Thierry Lepercq, fondateur et Président de HyDeal España ; Randolf Weterings, en charge du développement des nouvelles énergies au port de Rotterdam ; Cornelius Matthes, Président de Dii Desertec Energy à Dubai ; Samir Rachidi, directeur de l’IRESEN au Maroc ; Pierre-Germain Marlier, Vice-Président du fonds d’investissement Hy24 ; Mikaa Mered, Analyste et enseignant en géopolitique de l’hydrogène à Sciences Po Paris et HEC.

Le débat permettra de savoir comment les groupes énergétiques et les fabricants d’électrolyseurs vont s’organiser pour produire massivement en Europe et transporter cet hydrogène via une infrastructure dédiée (la fameuse dorsale européenne). Il sera aussi question des alternatives comme la production à partir de biomasse, qui passe pour le moment sous les radars de l’Europe. Mais, la question cruciale est celle des importations. Alors que l’objectif de 10 millions de tonnes a été fixé dans le cadre du plan RepowerEU, tout le monde n’est pas d’accord. Le fait est que certains pays entendent bien jouer un rôle, d’une part au sein de l’Europe (Danemark, Espagne) et surtout en dehors avec le Maroc, la Namibie, la région MENA ou encore le Chili. La session évoquera aussi les Etats-Unis.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaire

H2Today / Seiya Consulting