easyJet%20Hybrid%20plane%20-%20green%20taxi%20system
Dans le courant de l’année, le transporteur low cost va tester une pile à hydrogène dans la soute de ses avions. L’intérêt de ce système serait de pouvoir stocker l’énergie libérée par les freins à l’atterrissage et la restituer à des batteries qui pourraient faire rouler l’avion sur la piste en mode taxi.

Il ne serait plus nécessaire d’allumer les réacteurs pour déplacer l’appareil sur le tarmac.

Easyjet s’inspire du principe du KERS, utilisé en Formule 1. Sauf que l’équipement retenu n’est pas un volant d’inertie, mais une pile à combustible. Ce n’est pas la première fois que le monde de l’aviation s’intéresse à la technologie. Easyjet a été séduit par cette proposition, émanant des étudiants de l’Université de Cranfield, qui avait été invités à plancher à l’occasion des 20 ans de la compagnie aérienne sur une technologie du futur.

La pile permettrait de réduire de 50 000 tonnes par an la consommation de carburant et les émissions de CO2 qui vont avec. De plus, l’eau libérée par la réaction chimique au sein de la pile à combustible pourrait être réutilisée dans l’avion.

Le transporteur s’est fixé pour objectif de réduire de 7 % ses émissions de CO2 à l’horizon 2020. Elles sont actuellement de 81,05 grammes par kilomètre et par passager (22 % de moins par rapport à une compagnie traditionnelle), après avoir diminué de 28 % ces 15 dernières années.