IMG_9162

Dans un avis, publié ce matin à l’occasion de l’ouverture du congrès Hyvolution, l’agence de l’énergie estime que l’hydrogène est un vecteur qui présente un intérêt environnemental lorsqu’il est produit et consommé localement à partir de ressources renouvelables. Il peut participer ainsi à l’optimisation des ressources énergétiques d’un territoire.

Selon cet avis, l’hydrogène issu de ressources renouvelables représente un facteur de souplesse et d’ajustement dans un système énergétique décarboné.

Il peut également intervenir en appui au développement de l’électromobilité, soit en tant que système de propulsion principal de grands véhicules (berlines, SUV), ou en tant que range extender sur des véhicules à batterie. L’impact est le même que la voiture électrique en zone urbaine, avec une absence totale d’émissions, si ce n’est que cette solution se distingue par sa rapidité de recharge. Le rendement énergétique global du vecteur hydrogène appliqué à la mobilité (rendement global du « puits à la roue) est de l’ordre de 20 % si l’hydrogène est produit à partir d’une source renouvelable.

L’hydrogène peut également servir en appui au développement des énergies renouvelables variables en tant que moyen de stockage de long terme et intersaisonnier, ou encore en valorisant des excédents d’électricité renouvelable, au travers d’un vecteur gaz, dans des usages transport et habitat.

Lire l’avis sur le site de l’Ademe.