Gropupe électrogène hybride

Le FC Lab de l’Université de Franche-Comté travaille à Belfort sur un groupe électrogène hybride à hydrogène qui associe deux technologies : la pile à combustible et le stockage électrique par batteries. Ce projet* a été mené en association avec FC’Innov et le FEMTO-ST.

Ce prototype permet de délivrer une puissance de 1000 W. Relativement compact, il pèse une quinzaine de kilogrammes, est silencieux et totalement respectueux de l’environnement, car il ne rejette que de l’eau. Il est aussi plus performant que les groupes électrogènes classiques, car l’hybridation permet de stocker plus d’énergie. 

C’est la première étape vers la création d’une start-up en fin d’année ou début 2017. Le porteur du projet au sein du FC Lab est Sébastien Faivre, diplômé de l’UTBM en 2008. Il anime une équipe qui a été constituée voici un an et qui compte neuf personnes et déjà.

La SATT Grand Est (Société d’Accélération de Transfert de Technologies) lui apporte son soutien pour un montant de 500.000 € dans le cadre de la maturation de la technologie et la Région, à hauteur de 150.000 €, pour l’étude de marché.

Quelle est la cible justement ? Celle des industriels, qui ont déjà recours à l’hydrogène et disposent donc de moyens de stockage, mais aussi les collectivités locales. La future start-up pense également à d’autres applications, comme la signalisation routière sur chantier ou tout ce qui relève de la maintenance en ville. Le groupe électrogène hybride permettrait d’éviter les nuisances sonores.

*Le projet de maturation FCTECH, soutenu par la région Bourgogne Franche-Comté, la direction de la valorisation de l’Université de Franche-Comté et par la SATT Grand EST.