CphHXQZWAAAwv-m

Le premier véhicule alimenté par de l’hydrogène est arrivé sur le sol québecois. Un Hyundai Tucson FC (pour Fuel Cell) vient de faire son entrée à l’Institut de recherche sur l’hydrogène (IRH) de l’Université du Québec à Trois-Rivières, qui sera chargé d’en faire l’essai. Pour la circonstance, une station de ravitaillement a été installée sur le site de l’UQTR.

Le SUV sera utilisé dans le cadre d’un projet d’expérimentation mené par l’IRH et le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports. L’objectif est de tester la fiabilité de ce type de véhicule dans le climat du Québec. Par grand froid, il sera intéressant de vérifier l’autonomie, qui est de 500 km.

À Trois-Rivières, le ministre des Transports, Pierre Arcand, a profité de sa visite pour annoncer une aide financière de 200 000 $ à l’IRH. Cette somme permettra notamment aux chercheurs de plancher sur un nouveau moyen de chauffer l’habitacle des voitures à l’hydrogène, puisque ces véhicules électriques avec pile à combustible ne peuvent compter sur la chaleur dégagée par un moteur à essence pour assurer le confort des passagers en hiver.

Le Hyundai Tucson à hydrogène a déjà été testé à – 30 degrés, mais les températures sont parfois plus basses au Québec, où les hivers sont rudes. L’IRH disposera aussi d’une Toyota Mirai, dans quelques mois, pour faire la même chose.