Solaire epfl

Des chercheurs de l’EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) et du CSEM (Centre suisse d’électronique et de microtechnique) ont peut-être trouvé la solution pour stocker facilement l’énergie solaire : il s’agit de la transformer en hydrogène.  Ils ont d’autant plus de mérite qu’ils y sont parvenus avec des cellules solaires disponibles dans le commerce et un système sans matériaux rares.  Leur découverte a fait l’objet d’une publication dans le Journal of The Electrochemical Society.

Les chercheurs ont choisi de combiner des composants ayant déjà fait leurs preuves dans l’industrie pour fabriquer un système robuste et efficace. Leur prototype se compose de trois cellules solaires en silicium cristallin nouvelle génération connectées entre elles, et reliées à un système d’électrolyse. Il atteint un taux de conversion de l’énergie solaire en hydrogène de 14,2 %, et a déjà pu fonctionner pendant plus de 100 heures dans sa version test. Ce résultat constitue un record mondial de rendement avec des cellules solaires en silicium, mais aussi un record de production d’hydrogène sans matériaux rares.

Le système présente bien des avantages, notamment en matière de coûts, de performance et durée de vie.

« Si on installait 12 à 14m2 de ces cellules photovoltaïques en Suisse, il serait possible de stocker assez d’hydrogène pour parcourir 10 000 km par année au volant d’une voiture à pile à hydrogène», indique Christophe Ballif, co-auteur de l’étude.