Début mars, la capitale de la région Centre Val de Loire a accueilli le « European Fuel Cell Car Workshop 2017 »

Durant trois jours, Orléans a rassemblé tous ceux qui comptent dans le secteur de la pile à combustible et du transport automobile en Europe. Autour de huit conférences plénières et d’une quarantaine de présentations, 80 chercheurs sont venus discuter des dernières avancées sur le sujet, aux côtés de constructeurs automobiles comme Audi, Toyota, BMW, et de quelques PME européennes ou françaises, rapporte La Nouvelle République.

Ce colloque a été organisé sous l’égide du FCH-JU. L’une des organisatrices, Deborah Jones, directrice de recherche au CNRS à Montpellier, a déclaré lors de cet événement que « les technologies progressent vite, on est à un moment charnière ».  Cet événement a permis également de faire un point sur le projet Smartcat, qui consiste à trouver une alternative aux composants les plus onéreux des piles, comme le platine.

En France, une centaine de laboratoires travaillent sur l’hydrogène, soit 300 chercheurs permanents. Ils planchent entre autres sur l’amélioration de la durée de vie des piles et le développement de technologies de production d’hydrogène propres, qui ne fassent pas appel aux énergies fossiles.

Les présentations sont à retrouver ici.