Le Japon désire vraiment basculer dans l’économie de l’hydrogène, et il le prouve. 11 compagnies ont décidé de coopérer en vue de la construction à grande échelle de stations d’hydrogène pour ravitailler les véhicules à pile à combustible à l’échelle du pays.  Dans la liste, on retrouve sans surprise Toyota, mais aussi Nissan et Honda. En dehors de ces constructeurs, les partenaires sont JXTG Nippon Oil & Energy, Idemitsu Kosan, Iwatani Corporation, Tokyo Gas, Toho Gas, Toyota Tsusho Corporation, Development Bank of Japan et… Air Liquide Japan.

Comme dans d’autres pays, le groupe français participe à l’effort de construction de stations H2.

Le protocole d’accord signé par ces entreprises a pour objectif de favoriser l’accélération de la construction de stations d’hydrogène. Cette action résulte de la « feuille de route stratégique pour l’hydrogène et les piles à combustible » du gouvernement japonais, qui vise un total de 160 stations d’hydrogène opérationnelles et 40 000 véhicules à pile à combustible en service d’ici l’année fiscale 2020.

Les onze entreprises envisagent de créer une nouvelle entreprise qui serait créée au cours de l’année 2017.