Comme cela a été annoncé, récemment, les deux constructeurs japonais vont coopérer ensemble, notamment dans les domaines du véhicule électrique, de la connectivité et des aides à la conduite. Mazda, qui vient de livrer sa vision pour 2030, a déjà repris à son compte des principes de Toyota. La firme d’Hiroshima veut en effet réduire de 30 % les émissions de CO2 (du puits à la roue) de 30 % d’ici 2030 et de 90 % d’ici 2050. Ce dernier objectif a déjà été annoncé par Toyota.

Pour y arriver, Mazda va perfectionner le moteur à combustion interne (avec une combinaison du meilleur de l’essence et du Diesel dans un même moteur) et va passer à l’électrification. La marque va commencer à déployer des véhicules électriques à partir de 2019. Au détour d’un paragraphe, on apprend que Mazda va aussi utiliser « d’autres technologies de propulsion électrique dans des régions utilisant une forte proportion d’énergie propre ». Les experts auront compris qu’on parle d’hydrogène.

Pour les batteries comme pour la pile à combustible, Mazda pourra s’appuyer sur le savoir-faire de son partenaire et actionnaire Toyota.