Hier, la présidente de la Région Occitanie, Carole Delga et le directeur général d’Engie Cofely, Jean-Pierre Monéger, ont signé à Toulouse l’acte de naissance de la société Hyport. Son objectif est d’exploiter l’hydrogène comme carburant propre pour les véhicules en circulation dans les aéroports. C’est le prolongement de l’action qui a conduit à faire labelliser fin 2016 le projet du même nom, dans le cadre de l’appel à projets gouvernemental « Territoires Hydrogène ».

Cette société de projets va développer un écosystème de services à l’hydrogène autour des aéroports Toulouse-Blagnac et Tarbes-Lourdes-Pyrénées. Engie Cofely et la MPEI (Midi-Pyrénées Énergies Investissements) sont co-investisseurs – le premier à 51 % et le second à 49 % -, dans la SAS Hyport pour un montant de deux millions d’euros. Le coeur du dispositif est la mise à disposition des infrastructures de production et de livraison d’hydrogène vert pour tous les équipements de la vie de la plate-forme aéroportuaire afin d’en réduire l’empreinte carbone – que ce soit celle des avions, des engins de piste, des navettes. Il s’agit aussi de développer, en lien avec des partenaires, des offres de services d’hydrogène vert ainsi que des services de location de véhicules à hydrogène comme les bus, véhicules utilitaires ou véhicules de tourisme, sur et autour des zones aéroportuaires. Une flotte de cinquante véhicules sera ainsi déployée.

Ce projet va nécessiter de douze à quinze millions d’euros d’investissements.

Hyport est complémentaire des projets déjà lancés tels que VabHyogaz et EveerHypole à Albi, H2ME à Rodez etH2PYr, le projet d’autoroute de l’hydrogène d’Albi à Saragosse en Espagne.