Et ce n’est pas un sondage « café du commerce ». Selon l’étude annuelle (« Global Automotive Survey ») publiée par KPMG, qui repose sur des interviews de décideurs du secteur automobile, l’hydrogène remonte en tête des priorités de l’industrie sur la période qui va jusqu’à 2025. La pile à combustible déloge la batterie, qui rétrograde à la troisième place. La situation est inversée par rapport à la même étude en 2017.

C’est une surprise.. En particulier pour les sites Internet qui militent pour la voiture électrique à batterie et ne comprennent pas ce revirement de tendance, à un moment où le « bruit médiatique » pousse dans le sens de leur motorisation préférée. Mais, il y a le buzz et la réalité.

Le constat, c’est que les industriels de l’automobile sont 55 % à estimer qu’il ne sera pas possible de proposer une infrastructure de recharge adéquate. Ils prennent l’exemple de la Norvège, où une croissance trop rapide met le réseau local à l’épreuve.

Mais surtout, ils pensent qu’il n’y aura pas de solution unique. En 2040, le marché se partagera entre l’électrique à batterie (25 %) et l’hydrogène (25 %), l’autre moitié étant répartie entre le moteur classique (25 %) et l’hybride (25 %). A ce jour, d’ailleurs, un décideur sur deux pense que le Diesel n’a pas encore dit son dernier mot.