C’est une première qui étonne au sein de la filière : le chinois Great Wall vient de rejoindre le consortium H2 Mobility en Allemagne. Le constructeur automobile, qui est par ailleurs membre de l’Hydrogen Council, a signé un protocole d’accord pour devenir le 7ème membre de cette organisation aux côtés d’Air Liquide, Daimler, Linde, OMV, Shell et Total. Le montant de cet investissement n’est pas précisé.

H2 Mobility reconnaît lui-même dans son communiqué que cela peut paraître surprenant. Mais, le consortium précise que Great Wall investit beaucoup dans l’hydrogène* et qu’il proposera bientôt des véhicules en Chine, qui seront amenés à être exportés en Allemagne. L’arrivée du constructeur est l’occasion de le faire participer au déploiement de l’infrastructure de remplissage. H2 Mobility, qui a été créé en 2015, se fixe un objectif de 100 stations l’année prochaine dans 7 aires urbaines (Hambourg, Berlin, Rhin-Ruhr, Francforrt, Nuremberg, Stuttgart et Munich). Il y en aura 300 de plus d’ici 2023, afin d’accompagner l’essor des véhicules avec pile à combustible.

Le consortium allemand attend de son partenaire chinois des échanges pouvant bénéficier à l’harmonisation des standards pour les stations, ainsi qu’un développement de l’infrastructure en Chine.

*Avec un centre d’expertise à Baoding, dans la province du Hebei, et le rachat récent de la société Shanghai Fuel Cell Vehicle Powertrain.