Mais où sont passés les 100 millions du plan Hydrogène ? Annoncés dans le cadre du plan présenté par Nicolas Hulot, en juin dernier, ces millions devaient être mobilisés en 2019 et « gérés par l’ADEME pour permettre le déploiement de la filière ». Or, ils n’apparaissent pas dans le budget de l’agence.  Si celui-ci s’élève à 761 millions d’euros pour 2019, et qu’il augmente de plus de 100 millions d’euros, le surplus est en fait dilué dans le fonds « chaleur renouvelable » (+ 55 %, avec un budget de 307 millions) et le nouveau fonds « air mobilités » (+ 50 %, avec un budget de 30 millions).

Or, c’est ce dernier qui est  censé accompagner le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) et le plan hydrogène. Un appel à projets a bien été lancé sur les écosystèmes de la mobilité hydrogène. Mais, ce même fonds doit aussi financer d’autres appels à projets, centrés sur les mobilités actives, les nouveaux services de mobilités dans les territoires, la logistique urbaine. L’ADEME précise que 2019 sera aussi dédiée au lancement de projets visant à apporter aux acteurs de la mobilité des solutions opérationnelles permettant de lever les verrous identifiés via les travaux de la Fabrique des Mobilités.

Par ailleurs, l’ADEME accompagnera des actions en faveur de la qualité de l’air dans chacune des 15 zones visées par des contentieux européens ou nationaux.

Toute la question est de savoir si l’hydrogène bénéficiera bien d’un soutien financier, même si l’Etat se veut rassurant quant au potentiel de cette forme d’énergie.