Selon l’Usine Nouvelle, Ergosup a installé un premier générateur d’hydrogène décarboné sous pression à la demande. Son client est le département de chimie de l’IUT Lyon 1, qui va pouvoir produire son hydrogène vert sur place. Cette solution permet de produire les petites quantités d’hydrogène nécessaires à la consommation d’un laboratoire universitaire – pour les travaux des enseignants-chercheurs et des étudiants – est accueillie par l’IUT de Chimie de Lyon, pour une première et six mois d’utilisation-test, à compter de la rentrée universitaire prochaine.

L’intérêt de la station intégrée HyRIs Lab (Hydrogen Refueling Station) de fonctionner comme un électrolyseur (sans pour autant utiliser de technologie de type PEM, ou alcaline) et de fractionner des molécules d’eau. L’oxygène est libéré et l’hydrogène capté grâce à du sel de zinc, pour être ensuite fourni à la demande, sous pression entre 100 et 700 bar.

Finaliste du concours national d’innovation en 2012, et forte d’une levée de fonds de 11 millions d’euros en février dernier, la start-up est dirigée par Patrick Paillère, un ancien d’Areva. Elle coopère notamment avec le fabricant basque de vélos à hydrogène Pragma Industries, pour développer des stations autonomes de recharge. Elle a aussi des liens avec le fabricant toulousain Delair, pour fournir un drone à hydrogène à la DGA.