Ce matin, les RIVE 2019 ont débuté sur le circuit d’Alès, dans le Gard. Comme lors de l’édition précédente, en 2017, une Toyota Mirai est à l’essai. Ce qui change, cette année, c’et qu’il y a une actualité chargée dans le domaine de l’hydrogène. Au cours de la première table ronde, à laquelle participaient notamment Philippe Boucly de l’AFHYPAC et des représentants de Toyota et de la CSIAM (constructeurs étrangers), il a été question du plan H2 de la région Occitanie et du contexte favorable (rapport de l’AIE présenté au G20). Le député de la Sarthe, Damien Pichereau, n’a pas manqué non plus de rappeler qu’une voiture à hydrogène avait roulé juste avant le départ des 24 h du Mans, et qu’une catégorie H2 allait voir le jour en 2024.

Toutefois, les orateurs ont regretté que les moyens ne soient pas en face pour aider la filière hydrogène et que la LOM (Loi d’Orientation sur les Mobilités) ne contienne pas d’objectifs chiffrés sur le nombre de stations à hydrogène à développer.

Ces échanges ont eu lieu en présence de deux invités de prestige : le Prince Albert de Monaco et le ministre d’Etat en charge de la transition écologique.

Présente aux RIVE, Carole Delga est venue parler de l’ambitieux plan de la région sur l’hydrogène. Lors de sa prise de parole, elle a révélé que 14 commandes fermes avaient été faites auprès d’Alstom, prouvant ainsi l’engagement de l’Occitanie pour le train H2.