Dans un article publié dans la Tribune de Genève, il est question des initiatives menées par nos voisins helvétiques sur le thème de l’hydrogène. Ainsi, « la petite Suisse » va jouer un rôle de « pionnier » grâce la mobilisation de quinze entreprises – de Coop et Migros à Camion Transport en passant par Tamoil – qui veulent déployer ensemble un réseau de ravitaillement en hydrogène « vert ». Et ce, en trois ans seulement. Comme en France, c’est par des flottes captives que le marché devrait démarrer. « Les utilitaires assurent une utilisation prévisible et constante des stations à hydrogène », témoigne dans le journal Jörg Ackermann, Président de Mobilité H2.

Pour les flottes de camions, « »a batterie est hors-jeu, ne serait-ce qu’en raison du coût du transformateur nécessaire dans chaque entrepôt pour les charger », justifie de son côté Alexandre Closset, patron de SwissHydrogen. Ce fabricant de piles à hydrogène, basé à Fribourg, et qui avait équipé un premier camion pour Coop, fait aujourd’hui partie du groupe français Plastic Omnium (un des grands équipementiers de l’automobile, très engagé sur l’hydrogène).

En Suisse romande, le patron de Mobilité H2 dit avoir décroché un permis de construire pour une station à Crissier (canton de Vaud) il y a dix jours et attend « en fin d’année » un feu vert genevois pour celle prévue dans la station-service de Balexert, rapporte encore La Tribune de Genève. La date d’entrée en service n’est pas précisée Jörg Ackermann invoquant les délais de livraison d’équipements venant d’un « petit nombre de fournisseurs faisant face à une forte demande du monde entier ».

L’article rappelle enfin la mise en service en Suisse de plus d’un millier de poids lourds à hydrogène fournis par Hyundai en trois ans. Un déploiement qui pourrait bien amorcer la pompe pour ce type de mobilité.

Photo Coop, Christoph Kaminski