Le PDG de Volkswagen, Herbert Diess, a qualifié la mobilité hydrogène de « non sens » à l’occasion du salon de Francfort. Il dénonce la pollution engendrée par la production d’hydrogène et le coût de la pile à combustible. Des propos qui passent mal en Allemagne, où le gouvernement – par l’intermédiaire du ministre de l’économie, Peter Altmaier – pousse justement les industriels à accélérer dans ce domaine.

De plus, d’autres constructeurs germaniques ont décidé d’aller sur la pile à combustible, comme Daimler et plus récemment BMW. Il y a aussi Opel, qui appartient au groupe PSA.

Les déclarations du patron de Volkswagen ont de quoi irriter, car le groupe milite pour la voiture électrique à batterie. Un entêtement qui peut s’expliquer par les énormes investissements dans la production de batteries, la transformation des usines et un plan produit pharaonique (70 modèles prévus d’ici 2030 !).

Mais, la pensée unique de VW n’est pas partagée par les autres constructeurs, qui pensent que l’hydrogène a aussi sa place dans le mix.

Le plus drôle est qu’au sein du groupe Volkswagen, il y a quand même Audi qui a acquis des brevets auprès de Ballard et développe un modèle à venir vers 2020/2021.