Une start-up nantaise, créée en 2017 par un ancien du CEA Tech Pays de Loire, va se lancer dans la production d’hydrogène vert, en grande quantité et à un prix compétitif. L’idée de Lhyfe consiste à fabriquer de l’hydrogène vert à partir du courant électrique généré par des éoliennes au moyen d’un électrolyseur. La jeune pousse a développé un process industriel innovant, un quart plus efficace que les solutions existantes sur le marché. « Notre solution peut s’adapter à tout type d’énergie renouvelable, et évoluer en fonction des besoins des clients », précise le fondateur Matthieu Guesné dans Ouest France.

Sa vision a convaincu les investisseurs, puisque fin 2019, Lhyfe a levé 8 millions d’euros auprès de cinq acteurs publics et privés : le Sydev (Syndicat d’énergie de Vendée) et sa Sem Vendée énergie, Ovive (groupe Les Saules), Ouest croissance, Océan participation et Noria. De plus, la start-up va bénéficier de 3 millions d’euros supplémentaires par la communauté de communes de Challans-Gois, la Région et BPI France.

La construction du premier site industriel de Lhyfe va bientôt démarrer en Vendée, près du parc éolien de Bouin. Sa production devrait démarrer au premier semestre 2021. « Dès le départ, on devrait produire 300 kg d’hydrogène par jour », indique le PDG. Le site de production sera complété par une première station à hydrogène située à La Roche-sur-Yon, qui alimentera une première ligne de bus et des véhicules de la ville (voitures, bennes à ordures…).