Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité vient de publier une étude baptisée « la transition vers un hydrogène bas carbone » (Atouts et enjeux pour le système électrique à l’horizon 2030-2035). Etablie en concertation avec l’ensemble des acteurs du secteur (acteurs de l’énergie, ONG, associations professionnelles), elle liste les enjeux du développement de la production d’hydrogène vert par électrolyse. Dans les 10 ans à venir, cette production sera réalisée dans des volumes significatifs.

L’étude de RTE estime que le développement de l’hydrogène bas carbone sera d’abord utile pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’économie française, notamment dans le secteur de l’industrie et celui des transports.

D’ici 2035 :
– La consommation d’électricité consacrée à produire de l’hydrogène bas carbone pourrait s’élever à 30 TWh par an
– Au regard du développement des énergies renouvelables prévu par la PPE à cet horizon, ce volume pourra être absorbé par le système électrique
– L’hydrogène d’origine fossile utilisé dans l’industrie serait alors en partie remplacé par des solutions bas-carbone, permettant de réduire les émissions de 6 millions de tonnes par an, en France, soit l’équivalent de la fermeture des dernières centrales au charbon.
A plus long terme (au-delà de la PPE), c’est à dire vers 2050 :
– L’hydrogène peut offrir une solution de stockage complémentaire au système électrique, notamment dans des scénarios à fort développement de l’énergie éolienne ou solaire
– Ces scénarios 100% renouvelables font actuellement l’objet d’études en concertation avec les acteurs.