Lors d’une discussion téléphonique avec des journalistes allemands, le PDG de Volvo, Hakan Samuelsson, s’est montré très critique sur l’hydrogène.  « Nous ne pouvons pas nous permettre de développer les deux technologies en parallèle », a-t-il déclaré. M. Samuelsson estime que « l’efficacité totale d’un véhicule électrique est meilleure que celle d’une voiture à hydrogène ». Le patron de Volvo promet d’ailleurs une vraie progression de la technologie des batteries d’ici cinq ans chez Volvo, avec des autonomies plus grandes et des charges plus rapides.

Tout comme le PDG de Volkswagen, Hakan Samuelsson n’est pas un partisan de la pile à combustible. Ces déclarations sont surprenantes, car sa filiale Powercell, spécialisée dans ce domaine, collabore avec Bosch pour fournir la technologie dans les secteurs du camion et de l’automobile.

Par ailleurs, le groupe Geely (dont Volvo dépend et qui il pourrait fusionner) n’est pas si tranché dans ses choix. L’an dernier, l’industriel chinois a présenté un autobus à hydrogène. Il travaille par ailleurs sur des carburants synthétiques et d’origine renouvelables, issus du CO2 et de l’hydrogène. Précisons encore que pour sa feuille de route de 2025, le même Geely annonce un premier modèle à hydrogène. Et on parle là d’une voiture.

Il faut toujours être prudent sur ce type d’annonces…