Le motoriste américain, qui a fait l’acquisition d’Hydrogenics, et qui s’intéresse beaucoup à l’hydrogène pour des applications dans le camion, vient d’investir à nouveau. Il est entré au capital de Loop Energy, une compagnie canadienne qui fait des prolongateurs d’autonomie à base de pile à combustible. Son dernier produit est le Loop FC-Rex, qui concerne à la fois les camions et les bus dans une gamme de 30 à 50 kW. L’arrivée de cash se traduit aussi par la nomination du Vice-Président de Cummins en charge de la recherche, Wayne Eckerle, au directoire de l’entreprise. Un signe de l’intérêt que porte l’industriel à cette société basée à Burnaby, en Colombie britannique, et qui prépare son entrée en bourse.

Sans préciser le montant de l’investissement de Cummins, le patron de Loop Energy, Ben Nyland, estime qu’il valide la stratégie de l’entreprise, avec une technologie qui pourrait rebattre les cartes. « C’est une reconnaissance du rôle que peuvent jouer les piles à combustible et l’hydrogène dans le transport routier », commente-t-il. « Nous sommes ravis de ce partenariat avec Loop Energy, qui va l’aider à développer davantage une solution d’autonomie étendue », précise le Vice-Président en charge la stratégie de Cummins, Thad Ewald.