Alors que les transports sont à l’arrêt, on apprend qu’hier mardi, le premier navire hydrogène propulsé aux énergies renouvelables est arrivé en Martinique. Il s’est amarré à Fort-de-France après sa première transatlantique depuis Saint-Malo. Un parcours d’environ 5000 milles nautiques (9 000 km) effectué après plus de 30 jours en totale autonomie énergétique, sans aucune émission de CO2 ou de particules fines. « Traverser l’Atlantique avec ce laboratoire flottant est un message fort envoyé aux décideurs qui démontre la fiabilité de nos systèmes décarbonés et leurs grandes capacités de résilience », explique Victorien Erussard, le Capitaine et fondateur. :

Embarqué depuis plus d’un mois, l’équipage était parti avant les mesures de confinement et n’avait pu se faire relever comme prévu aux Canaries, les transferts étant bloqués pour des raisons sanitaires.

Alors que le monde entier vit une période de confinement inédite, l’équipage a eu la chance de vivre cette traversée en pleine harmonie avec la nature, croisant de nombreux espèces marines (dauphins, baleines, tortues, raies Manta, au large du Cap-Vert mais également des salpes), tout en produisant leur énergie et leur eau potable grâce au vent, au soleil et à l’hydrogène.

L’équipage sera rapatrié en métropole rapidement. ll sera remplacé par un autre, qui viendra prendre sa relève dès que possible pour assurer la maintenance des systèmes embarqués et préparer la suite des navigations.