Comme le rapporte France Bleu, qui revient sur les annonces du plan de relance pour le secteur automobile, hormis une allusion à Michelin et son usine de piles à combustible (via Symbio, avec Faurecia), Emmanuel Macron n’a guère parlé de l’hydrogène dans son plan de relance pour la filière automobile, présenté ce mardi au Touquet. Or la région Auvergne Rhône-Alpes est en pointe dans le développement de cette énergie alternative, souligne le média. « Moi ce qui me frappe, c’est que le président de la république, Emmanuel Macron avait annoncé un grand plan hydrogène, mais il l’avait fait quand son ministre de l’écologie était Nicolas Hulot. Depuis, il y de l’eau qui a coulé sous les ponts et ce n’est plus tout à fait au goût du jour », commente Etienne Blanc, le vice-Président de la région chargé du dossier.

« Ce qu’on nous dit, c’est qu’il est extrêmement gêné sur ce dossier-là. D’abord, l’Etat a peu de moyens en investissement sur les filières de recherche et deuxièmement, les entreprises du domaine de la construction automobile se retrouvent avec des stocks massifs de véhicules thermiques », confie l’élu. Et de poursuivre : « j’espère qu’il va profiter de cette reconversion et de cette relance de l’automobile en France pour mettre le paquet sur cette filière hydrogène qui est une filière d’avenir. Je rappelle qu’avec l’énergie hydrogène vous prenez de l’eau et vous recrachez de l’eau ».

« 80 % des acteurs de la filière hydrogène hexagonale sont situés en Auvergne Rhône-Alpes. Il y a une vraie concentration de savoir-faire », souligne Etienne Blanc.