Braley

L’entreprise Braley, spécialisée dans l’énergie et l’environnement (et notamment dans le traitement des déchets) va construire une station de production et de distribution d’hydrogène, après avoir répondu à un appel à projet européen. Le projet peut paraître étonnant pour une PME située en plein cœur du Causse Comtal, et plus précisément, à Bezonnes, un petit village à une quinzaine de kilomètres de la ville de Rodez. Mais, c’est un choix assumé. «L’entreprise s’est bâtie sur tout ce qui n’intéresse pas les autres», explique son dirigeant Christian Braley, dans les colonnes du Midi Libre.

Les travaux vont débuter fin 2016 et le site sera opérationnel au début de l’année suivante, pour un investissement estimé «autour de 3 M. Euros».

Le projet s’inscrit dans une démarche de développement durable à double titre. Tout d’abord, il promeut l’utilisation de véhicules à hydrogène, un moyen de transport qui rejette uniquement de la vapeur d’eau, plutôt que du dioxyde de carbone et des polluants atmosphériques dans le cas des moteurs à explosion. Ensuite, la production d’hydrogène s’effectuera par un électrolyseur alimenté par de l’électricité fatale, une énergie qui n’est habituellement pas consommée dans le circuit classique et donc perdue.

L’entrepreneur de Bezonnes a fait le pari de se lancer dans cette voie alors que très peu de véhicules à hydrogène sont en circulation. Mais, Christian Braley s’est tout de même assuré le soutien de plusieurs partenaires, qui se sont engagés à acquérir des véhicules avec cette motorisation spécifique, comme La Poste, EDF, Ruban Bleu, Inforsud ou encore les mairies d’Onet-le-Château et Luc-Primaube, ainsi que le Grand Rodez.

De plus, le projet répond à la volonté du conseil régional, qui souhaite développer l’utilisation des véhicules à hydrogène en mettant en place un réseau de stations le long d’un axe Rodez-Albi-Toulouse et d’un autre en direction de l’Espagne.