IMG_8741

Alors que la marque célèbre aujourd’hui les 5 ans de la Leaf, la voiture électrique la plus vendue au monde, dans le cadre de son pavillon COP21 à Paris, des conférences ont permis d’en savoir un peu plus sur la stratégie zéro émission. L’accent est toujours mis sur les batteries, à l’heure où les pays investissent dans l’infrastructure (dont la Chine qui affiche de fortes ambitions). Néanmoins, le responsable des véhicules électriques au niveau global chez Nissan, Robert Lujan, a indiqué que le constructeur japonais étudiait aussi la piste de l’hydrogène. Il a évoqué le partenariat toujours en cours avec Daimler et Ford.

A ce stade, il ne s’agit encore que d’études. Même s’il a été question à un moment de 2017 ou 2018, Nissan ne donne pas de dates pour le moment concernant le plan produit.

M. Lujan a aussi rappelé que Nissan participe, tout comme Honda et Toyota, à un effort commun de construction de stations à hydrogène au Japon. Mais, la mise en place de cette infrastructure est lente. A titre de comparaison, 6 000 bornes de charge rapide ont été déployées dans ce pays en 5 ans.

Selon Robert Lujan, la voiture à hydrogène ne permet pas aujourd’hui d’avoir le même confort qu’une voiture électrique à batterie. Mais, cette forme d’énergie est bien considérée à long terme.