Hyundai hype

Alors que la COP21 s’achève, c’est sans aucun doute l’information qui a marqué la semaine. Lundi dernier, une station d’hydrogène a été inaugurée en plein coeur de Paris, Cours Albert 1er, près de l’Alma. Il ne s’agit que d’une station mobile temporaire, mise en place par Air Liquide, mais le symbole est fort. Et ce qui l’est encore plus, c’est le projet qui est derrière. Air Liquide a en effet apporté son aide à la STEP (Société du Taxis Electrique Parisien), afin de l’aider à monter le service Hype : la première flotte de taxis à hydrogène dans le monde.

Le numéro un mondial de l’hydrogène est entré au capital de la start-up. Il apporte son soutien, tout comme le pôle Mov’éo et la région Ile-de-France à cette initiative qui promet zéro NOx et zéro particule. Le service est d’ores et déjà opérationnel avec 5 véhicules de couleur bleue qui circulent dans les rues de Paris. On peut les héler dans la rue, où les localiser sur le site de Hype, en attendant l’arrivée à terme d’une application. Il s’agit de Hyuyndai ix35 FC, le seul modèle à hydrogène de série homologué pour le moment en France. Les clés ont été remises lundi dernier par Thomas A. Schmid, le Président de la marque en Europe, au PDG de la STEP, Mathieu Gardies.

Par rapport à un taxi classique, qui émet en moyenne 135 g de CO2 et roule 100 000 km par an, ce modèle devrait permettre d’économiser l’équivalent de 70 tonnes de CO2 par an.

La start-up indique avoir eu des bonnes conditions auprès de Hyundai. Le SUV à hydrogène est certes encore cher, mais moins qu’une Tesla S électrique et pour une autonomie plus élevée. Et c’est un challenge pour les chauffeurs qui sont en train d’être recrutés.

La STEP va en fait devenir cliente d’Air Liquide. A terme, le groupe a en effet prévu de construire trois stations en Ile-de-France : à Orly, à Roissy et dans l’ouest parisien. « La présence d’une infrastructure de remplissage va permettre de résoudre le problème de la poule et de l’oeuf, qui se pose encore plus dans l’hydrogène », souligne M. Gardies. C’est ce qui va permettre à la flotte Hype de passer à 70 véhicules d’ici la fin 2016. Et plus encore dans les années qui suivront.

« Le nombre augmentera au fur et à mesure de l’arrivée de stations », affirme le fondateur de la STEP.

C’est une bonne opération pour la start-up, qui voulait initialement démarrer une activité de taxi avec des véhicules électriques à batterie. Mais, c’est aussi le cas pour Air Liquide, qui va donner plus de visibilité à la filière hydrogène, et convaincre peut-être d’autres constructeurs d’importer en France leurs véhicules si l’infrastructure se met en place.