H2USA_Hydrogen_Infrastructure_Project_Rumoured_to_be_Launching_Soon

Pour faire suite à l’article d’hier des Echos, qui laissait entendre que seule la Californie jouait un rôle moteur dans la promotion de l’hydrogène, il convient d’apporter quelques compléments d’information. S’il est vrai qu’au niveau fédéral, l’administration Obama n’a pas été toujours favorable à l’hydrogène, elle soutient la démarche H2 USA, mise en place en mars 2013 sous la forme d’un partenariat public-privé regroupant les constructeurs (Fiat-Chrysler, Honda, Hyundai, GM, Mercedes, Nissan, Toyota, Volkswagen), les producteurs d’hydrogène et des organisations. La structure travaille sur le déploiement des infrastructures.

Le département de l’Energie (DOE) a mis à la disposition de H2USA deux outils mis au point par le laboratoire d’Argonne et qui permettent de choisir au mieux l’implantation des stations et de simuler les revenus qui en découleront. Ces outils ont pour nom HRSAM (Hydrogen Refueling Stations Analysis Model) et H2FAST (Hydrogen Financial Analysis Tool).

Par ailleurs, la Californie a réussi à convaincre 7 autres Etats (Connecticut, Maryland, Massachusetts, New York, Oregon, Rhode Island et le Vermont) de la rejoindre dans cet effort de promotion des véhicules propres, électriques comme à hydrogène, en intégrant les infrastructures.

Pour sa part, Toyota a demandé à Air Liquide de l’aider à déployer une infrastructure de distribution d’hydrogène totalement intégrée dans le nord-est des États-Unis (New York, Boston). Elle comprendra dans un premier temps douze stations de distribution installées dans plusieurs Etats, et se développera ensuite selon la demande. Cet effort est destiné à soutenir le lancement de la Mirai avec pile à combustible.