MobyPost

Selon l’Est Républicain, la Poste va poursuivre en 2016 ses tests de véhicules à hydrogène sur les plateformes d’Audincourt (Territoire de Belfort) et Lons-Le-Saunier (Jura). Elles disposent toutes deux d’une station et de cinq véhicules à hydrogène pour faire des tournées en mode zéro émission. Les facteurs expérimentent cette solution dans le cadre du projet Mobypost, qui regroupe 9 partenaires de 4 pays européens différents.

On y retrouve notamment La Poste, Mahytec et l’Université de Technologie de Belfort Montbéliard (UTBM).

Mobypost est une démarche du soleil à la roue. L’énergie est produite de manière quasiment autonome grâce à un générateur photovoltaïque qui alimente lors des périodes d’ensoleillement un électrolyseur qui produisant de l’hydrogène à partir de l’eau. Il faut compter 20 litres d’eau pour produire 1 kg d’hydrogène. Cette infrastructure, complétée d’un réservoir de stockage, peut ainsi alimenter directement en hydrogène les véhicules déployés sur ces mêmes sites.

Débuté en février 2011, et prévu sur 48 mois, le projet est théoriquement terminé. Mais, La Poste a souhaité continuer un an de plus l’expérimentation. En 2015, chacun des quadricycles a parcouru en moyenne 150 km par jour. C’est peu par rapport aux déplacements de La Poste qui représentent chaque jour en France l’équivalent de « quarante fois le tour de la terre ». Mais, c’est une expérience appréciable pour appréhender l’apport de la mobilité hydrogène.

La Poste est par ailleurs équipée de trois Renault Kangoo ZE basées à Dole (Jura) et à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône) et d’un camion Renault Trucks de 11 m³ à pile à combustible.