PSA s’intéresse de nouveau à l’hydrogène

peugeot-307-fuel-cell-hybrid

Le Groupe annonce avoir signé une convention de partenariat scientifique avec la région Bourgogne-Franche-Comté, qui est son fief historique. La convention en question évoque une collaboration sur le long terme avec des laboratoires de recherche universitaires régionaux sur les thèmes des technologies propres, du véhicule autonome et de l’usine du futur. Parmi les  partenaires, on remarque la présence de l’Université de Technologie de Belfort Montbéliard (UTBM) et de l’un de ses labos, l’institut Femto-ST.

L’UTBM est l’un des sites en pointe en France sur l’hydrogène. On peut donc en déduire que PSA souhaite renforcer ses compétences dans le domaine de la pile à combustible. Ce qui est d’ailleurs confirmé par une dépêche de l’AFP. L’agence France Presse cite la direction du site de Sochaux, qui évoque parmi les thèmes de coopération « les énergies nouvelles et modes de propulsion du futur comme la pile à combustible et l’hydrogène ».

Rappelons que PSA a étudié pendant des années ce type de propulsion, en coopérant notamment avec le CEA autour du projet GENEPAC pour développer une pile. Le groupe a par ailleurs développé plusieurs prototypes, le dernier en date étant la 307 CC Fisypac.

 

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting