L’hydrogène oublié par le plan Renault-Nissan 2030

Ce matin, l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a annoncé un plan ambitieux sur l’électrique. Mais, il n’a pas été question de l’hydrogène.

L’Alliance franco-japonaise investira 23 milliards d’euros dans d’électrification sur les cinq prochaines années. Elle prévoit de lancer 35 nouveaux véhicules 100 % électriques en 2030, basés sur 5 plateformes communes. Par ailleurs, l’Alliance renforce sa stratégie commune en matière de batteries pour atteindre une capacité de production mondiale de 220 GWh en 2030. C’est au passage Nissan qui pilotera le développement de la technologie « All Solid-State Battery », au bénéfice de tous les membres de l’Alliance.

Il n’a pas été fait référence à l’hydrogène, une autre forme d’électrification. Pourtant, Renault va commencer à la déployer cette année sur des utilitaires. Par ailleurs, Nissan poursuit ses recherches dans le domaine. L’annonce avait été faite en 2019 par Makato Uchida, qui est le patron du constructeur japonais.

L’Alliance y pense peut-être pour l’après 2030…

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting