Toyota va bâtir une ville du futur basée sur l’hydrogène à Fukushima

L’industriel japonais a entamé des discussions avec les autorités de la région de Fukushima pour y construire une ville du futur dont le fonctionnement reposerait sur l’hydrogène. Il se dit prêt à relever le défi avec le concours des constructeurs Hino et Izuzu. L’idée est d’utiliser des camions à l’hydrogène pour les livraisons auprès des supermarchés et des commerces. Le projet prévoit aussi d’appliquer la pile à combustible à des food trucks et à des véhicules médicaux. Des stations seraient alors déployées pour alimenter ces flottes.

L’hydrogène en question sera produit à partir de sources renouvelables sur plusieurs sites, dont celui du FH2R (Hydrogen Energy Research Field). Ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie du japon qui veut atteindre la neutralité carbone en 2050. Il vise à définir un modèle d’organisation type pour une ville de 300 000 habitants, avant de pouvoir s’appliquer à des villes de cette taille comparable dans tout le pays.

Ce n’est pas la première fois que le constructeur japonais se lance dans l’aventure. Il doit en principe ériger en 2021 une ville à taille réelle qui aura pour nom Woven City et qui sera située au pied du Mont Fuji. Elle se dressera à Susono City dans la Préfecture de Shizuoka. Ce laboratoire géant servira à illustrer la vision d’une société de l’hydrogène, avec une énergie produite par des ressources renouvelables. Woven City doit accueillir des véhicules à hydrogène autonomes. Le site, qui accueillera principalement des chercheurs et leur famille, servira aussi à tester des services basés sur la robotique et l’intelligence artificielle. Récemment, Toyota a annoncé un accord avec Eneos*. Ils vont travailler ensemble sur une chaîne d’approvisionnement dans et autour de Woven City. Ainsi, Eneos va installer et d’exploiter une station d’hydrogène vert très proche de cette smart city. Elle alimentera des véhicules de logistique ainsi que les générateurs stationnaires à pile à combustible qui seront installés dans la ville par Toyota.

*Un opérateur gère 45 stations à hydrogène situées dans quatre grandes régions métropolitaines japonaises

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

Laisser un commentaire

H2Today / Seiya Consulting