2024 : une année charnière pour Hexagon Purus

Hexagon Purus 2024
2024 : une année charnière pour Hexagon Purus

Spécialiste du stockage d’hydrogène, l’entreprise norvégienne, qui tenait son assemblée générale le 11 janvier, a fait le point sur ses projets.

Au final, Hexagon Purus a levé 1 milliard de couronnes lors d’une levée de fonds à laquelle participaient Hexagon Composites, Mitsui et Hy24 Partners, pour un montant de 850 millions. On vous en avait déjà parlé en décembre dans cet article. Ce qui est plutôt à retenir, c’est que 2024 sera une « année importante » pour le fabricant de réservoirs. Il entend passer à l’échelle avec ses 5 nouvelles usines de Westminster (Maryland, USA), Kelowna (Canada), Kassel et Weeze (Allemagne) et Shijiazhuang (Chine). Un autre site américain devrait ouvrir aussi à Dallas (Texas) cette année.

« Nous pouvons continuer à augmenter notre capacité de fabrication pour honorer les contrats clients existants et nous préparer aux volumes en série pour la mobilité zéro émission, alors que la demande augmente », déclare Morten Holum, CEO de Hexagon Purus.

En fin d’année, Hexagon Purus a reçu plusieurs commandes : un contrat de 9,6 millions de la part d’un opérateur d’hydrogène vert pour du stockage à destination de clients industriels en Europe centrale, un autre de 17 millions de la part d’un acteur de l’hydrogène vert pour de la mobilité et des applications industrielles en Europe, et un autre de 3 millions en Angleterre de la part d’une compagnie du gaz. Et toujours en Europe, Hexagon Purus va aussi collaborer avec Ford pour fournir des réservoirs dans le cadre d’un projet baptisé ZEFES.

Vous voulez en savoir plus sur la Norvège ? Alors nos derniers articles sur le pays scandinave devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur la Norvège ici.

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles