Air Liquide va décarboner l’hydrogène produit dans le port de Rotterdam

air liquide hydrogène rotterdam
Air Liquide va décarboner l’hydrogène produit dans le port de Rotterdam

À partir de 2026, Air Liquide va capter le CO2 de son usine d’hydrogène située dans le port de Rotterdam, en s’appuyant sur sa technologie Cryocap. Le gaz carbonique sera ensuite acheminé, puis séquestré sous la mer du Nord.

C’est ce qui s’appelle faire d’une pierre deux coups. Air Liquide sera donc en mesure de fournir à ses clients, dans le cadre de contrats de long terme, de l’hydrogène qu’il aura significativement décarboné. Pour cela, l’industriel va utiliser sa technologie Cryocap, un système de captage du CO2 utilisant un procédé cryogénique. Le gaz carbonique capté sera ensuite acheminé à travers l’infrastructure Porthos*, actuellement en cours de développement, puis séquestré définitivement sous la mer du Nord, à environ 20 kilomètres des côtes.

La date de 2026 correspond au déploiement de cette initiative, qui combine des pipelines (un sur terre, un sous l’eau), une station de compression et un système de stockage dans du grès. Porthos vise à réduire les émissions de 2,5 millions de tonnes de CO2 par an, ce qui représente environ 10 % des émissions de l’industrie de Rotterdam.

*Porthos : Port of Rotterdam CO₂ Transport Hub and Offshore Storage. L’Union européenne l’a reconnu comme projet d’infrastructure transfrontalière majeur, contribuant à atteindre des objectifs en matière de politique énergétique et climatique, et l’a ainsi inscrit sur la liste des projets d’intérêt commun.

Vous voulez en savoir plus sur Air Liquide? Alors nos derniers articles sur le groupe devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur Air Liquide ici.

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter LinkedIn hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Partagez si vous avez aimé

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Seiya recrute