Avion à hydrogène : le Japon se lance également dans la bataille

avion à hydrogène Japon
Avion à hydrogène : le Japon se lance également dans la bataille

Le ministre de l’économie japonais a dévoilé un plan visant à développer un avion de prochaine génération d’ici 2035. Cet Airbus à la sauce nippone va bénéficier d’un budget de 33 milliards de dollars (5 billions de yens), partagé entre le public et le privé. Il explorera la solution des moteurs à hydrogène.

Pour Tokyo, il s’agit de tourner la page du projet SpaceJet porté par le seul Mitsubishi Heavy Industries, qui avait démarré en 2008 et avait dû être stoppé en 2023. Un échec que le gouvernement veut oublier. Cette fois, il s’agit d’associer encore une fois Mitsubishi mais de lui adjoindre également des partenaires qui sont reconnus dans le domaine de l’hydrogène. La coopération pourrait même s’étendre au-delà du Japon, nous apprend le Nikkei Asia.

Alors que la Chine a réussi à lancer la société Comac, et qu’elle ambitionne aussi de se lancer dans l’hydrogène, le Japon veut aussi produire son propre avion. Ce n’était pas arrivé depuis 1962, rappelle une dépêche de l’AFP. La solution de l’hydrogène, que porte en Europe Airbus, est compatible avec le souhait du pays du soleil levant d’être neutre en carbone en 2050.

Vous voulez en savoir plus sur l’avion à hydrogène au Japon ? Alors nos derniers articles sur le pays devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur le Japon ici.

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter LinkedIn hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène