L’Europe adapte ses stations à la mobilité lourde

L'Europe adapte ses stations hydrogène à la mobilité lourde
L’Europe adapte ses stations hydrogène à la mobilité lourde

Selon les comptes tenus par H2stations.org, on approche du millier de stations dans le monde. La tendance est à l’adaptation de l’infrastructure aux véhicules lourds, du moins en Europe.

Ainsi donc, 921 stations étaient en service à la fin de l’année dernière (contre 814 en 2022). Ou peut-être un peu plus, car il est difficile d’avoir des chiffres fiables en Chine.

Le fait est que 37 stations à hydrogène de plus ont ouvert en Europe en 2023 et que 92 % d’entre elles peuvent accueillir des véhicules lourds (bus, camions). En comparaison, en 2019, 70 % des nouveaux points de charge étaient surtout destinés à l’automobile. Il y a en tout 265 stations sur le continent, où l’Allemagne domine toujours avec 105 stations (dont 28 ont été adaptées à la mobilité lourde), loin devant la France avec ses 51 stations (France Hydrogène en revendique 69, mais pas forcément toutes ouvertes au public). Suivent ensuite les Pays-Bas avec 22 stations et la Suisse avec 17 stations.

En Asie, c’est la Chine qui domine avec 197 stations. Il y en a priori plus, mais qui n’ont pas reçu encore d’autorisation pour l’ouverture. Ensuite, on retrouve la Corée du Sud avec 174 stations (dont 29 ouvertes l’an dernier) et le Japon avec 166. L’Amérique du Nord est le troisième bloc, avec 92 stations aux Etats-Unis (dont 75 en Californie). Il n’y en a que 8 au Canada.

Au global, 338 stations sont en projet dans le monde en dehors de la Chine. Le Brésil, Oman et la Namibie font partie des nouveaux pays qui apparaissent sur la liste. Ils sont en tout 40 à avoir des stations, en exploitation ou en construction.

Vous voulez en savoir plus sur l’hydrogène dans le monde ? Alors notre carte du monde interactive devrait vous intéresser. Vous pouvez accéder y accéder ici.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène