L’hydrogène en pole à Bruxelles

Dans le cadre du musée Autoworld, le célèbre musée de l’automobile, situé dans le parc du cinquantenaire à Bruxelles, la Commission Européenne organise cet après-midi une conférence de haut niveau sur le thème des vallées de l’hydrogène.

Tout a commencé par un tube des Black Eyed Peas, « Let’s get it started » (que ça démarre). Puis, la séance a été ouverte par Bart Biebuyck, directeur exécutif du Clean Hydrogen Partnership et Rosalinde van der Vlies, directrice de Clean Planet, avant de laisser la parole à Mariya Gabriel, Commissaire à la recherche et l’innovation.

Elle a insisté sur la nécessité d’aller plus vite dans l’hydrogène, en raison du contexte géopolitique. A propos des vallées de l’hydrogène, elle a déclaré que c’était le bon vecteur pour déployer et favoriser la coopération entre le public et le privé.

Dans le public (nombreux), il y a le gratin bruxellois mais aussi beaucoup de représentants d’entreprises, dont celles liées à la mobilité.

Du côté de l’expo, on peut voir à l’entrée d’Autoworld des véhicules (Toyota Mirai, Mercedes GLC F Cell, Opel Vivaro e hydrogen, une benne à ordures H2 d’e-Trucks et bien sûr la MissonH24 (sous bâche) avec ses partenaires (Symbio, Plastic Omnium, TotalEnergies). Et devant la salle, on peut notamment voir un moteur à combustion de Punch Hydrocells, des piles de Toyota, la moto à hydrogène de Texys Group (H2 Motronics) et le vélo à hydrogène de Pragma.

La France est dans la course.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Picture of Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

carte interactive monde