Hyzon Motors confiant, mais prudent

Hyzon Motors confiant

Hyzon Motors est confiant. Alors que la compagnie américaine commence à livrer ses premiers camions à hydrogène pour l’Europe, on apprend que 85 véhicules seront remis à leurs clients d’ici la fin de l’année. Les premiers revenus sont escomptés au prochain trimestre. Hyzon a accumulé des commandes pour un montant de 83 millions de dollars (contre 55 en avril). Mais, le constructeur précise que certains engagements ne sont pas encore fermes, citant par exemple le cas d’un client autrichien qui veut 70 camions l’année prochaine. De plus, il faut laisser le temps aux clients de découvrir cette nouvelle technologie.

Pour le moment, ce nouvel entrant accuse des pertes de 9,4 millions de dollars au dernier trimestre, dont 3,5 millions qui ont été investis en recherche. Adossé à la compagnie financière Decarbonization Plus Acquisition Corp, Hyzon Motors affirme avoir 517 millions en cash et pense pouvoir tenir jusqu’en 2024 sans avoir à vendre d’actions.

Sans doute échaudé par le revers de fortune de Nikola, porté par la bourse avant de retomber brutalement, le constructeur ne promet pas la lune. En attendant, il travaille en parallèle sur l’infrastructure. Hyzon a un accord avec Raven SR pour déployer une centaine de hubs de production d’hydrogène à partir de déchets. Deux sont déjà programmés en Californie.

PS: Vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters.
1) « Vos actualités hydrogène en direct » (pour recevoir tous nos articles dès leur publication).
2) « Votre newsletter hebdo » (envoyée tous les lundi en fin de matinée). 

Vous utilisez LinkedIn et vous souhaitez suivre l’actualité de l’hydrogène de manière plus régulière ? Alors notre newsletter hebdomadaire devrait vous intéresser. Vous pouvez vous y abonner ici

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène