Jean-Baptiste Djebbari aime vraiment l’hydrogène

Présent à Auxerre (Yonne) lors de la signature de premier bon de commande pour des trains à hydrogène, en mars dernier, puis de passage quelques jours plus tard chez Gaussin à Héricourt (Haute-Saône) où il a pris le volant d’un tracteur à hydrogène, le ministre délégué aux transports semble vraiment s’intéresser à cette forme d’énergie. Dans le texte de présentation de la nouvelle Agence de l’Innovation pour les Transports (AIT), créée au sein de son ministère, il plaide pour « une approche qui dépasse les distinctions traditionnelles entre modes de transport et associe pleinement les secteurs de l’énergie (et notamment de l’hydrogène) et du numérique (en particulier sur les questions de cybersécurité et de fintech) ».

L’agence a vocation à faire le lien entre les différents services et les acteurs de l’innovation (instituts de recherche, start ups, incubateurs, grands groupes, industriels, PME et ETI, financeurs de l’innovation). Elle coordonnera les actions de soutien à l’innovation, participera à l’identification de ces solutions et accompagnera leur passage à l’échelle dans les territoires. Elle sera opérationnelle d’ici cet été.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

H2Today / Seiya Consulting