La place de l’hydrogène dans le cadre du « fit for 55 »

On a beaucoup parlé depuis le 14 juillet de la fin programmée du moteur thermique en 2035 et des opportunités que cela crée pour développer le véhicule électrique (y compris celui à l’hydrogène). Mais, que contient exactement le paquet législatif « fit for 55* » ? La Commission européenne souhaite la réduction de 55 % des émissions de véhicules (voitures et utilitaires légers) d’ici à 2030, par rapport aux niveaux de 2021, et de 100 % 5 ans plus tard.

Bruxelles explique que si les objectifs initiaux de – 37,5 % avaient été maintenus pour 2030, il n’aurait pas été possible. En amplifiant les efforts pour le CO2 et en tirant un trait sur le moteur thermique (tout en parlant de neutralité technologique !), avec un seuil de 0 g pour 2035, la Commission table sur un taux d’adoption beaucoup plus fort pour les véhicules électriques. Ainsi, au lieu de 25 % comme cela était initialement prévu en 2030, il devrait atteindre 45,3 % pour les véhicules à batterie, surpassant la part du moteur à combustion (39,4 %) et de l’hybride rechargeable (14,3 %). La part de l’hydrogène serait de 1 % selon la Commission à la fin de la décennie. En 2035, suite à l’interdiction du thermique (et de l’hybride rechargeable), la part de l’électrique à batterie serait alors de 90,2 %, le reste (9,8 %) étant constitué par des véhicules à hydrogène. Et pour 2040, les experts de Bruxelles prévoient une montée de l’hydrogène à 10,1 %, la batterie dominant largement le marché automobile à 89,9 %.

Alors qu’on aurait pu croire l’inverse, les prévisions de la Commission font état d’un marché largement dominé par l’électrique à batterie dans les utilitaires (34,7 % contre 0,7 % pour l’hydrogène en 2030, les chiffres étant ensuite de 94,2 % et 5,8 % pour 2035 et enfin de 93 % et de 7 % pour 2040).

Par ailleurs, rappelons que l’objectif est de proposer des stations de remplissage tous les 150 km.

*Un paquet législatif qui vise à réduire de 55 % les émissions de CO2 au cours de la prochaine décennie afin de mettre progressivement fin à la dépendance économique de l’Union européenne vis-à-vis des combustibles fossiles. Le texte s’aligne sur l’accord sur le climat de Paris (COP 15 de 2015) et le « Pacte Vert » (Green Deal) annoncé par la Commission. La volonté est d’arriver à la neutralité carbone en 2050.

Partagez l'article si vous l'avez appréciez

Partager sur twitter
Partager sur linkedin

A propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Vous devriez aimer

Laissez un commentaires

Laisser un commentaire

H2Today / Seiya Consulting