Moteur à pistons opposés et à l’hydrogène : une solution originale pour la mobilité lourde aux Etats-Unis

moteur pistons opposés hydrogène
Moteur à pistons opposés et à l’hydrogène : une solution originale pour la mobilité lourde aux Etats-Unis

Le laboratoire national d’Argonne (Illinois) et l’industriel Achates Power ont démontré qu’il était possible de faire fonctionner à l’hydrogène un moteur à pistons opposés. La solution fait du sens pour les camions qui font de longues distances.

Inventé il y a plus de 100 ans, le moteur à pistons opposés a eu son heure de gloire pendant la seconde guerre mondiale. Il équipait alors les sous-marins et les porte-avions, ou encore les tanks. La technologie de ce moteur deux temps* (au lieu de 4 pour un bloc conventionnel) est poussée aux Etats-Unis par Achates Power, qui essaie de se faire une place dans le poids-lourds ainsi que dans l’automobile. Des avancées techniques (injection électronique, capteurs) vont peut-être lui permettre d’entrer sur le marché. Des chercheurs du laboratoire national Argonne et des ingénieurs d’Achates Power ont collaboré pour développer une version alimentée par de l’hydrogène.

Les résultats sont prometteurs selon Essam El-Hannouny, ingénieur principal d’Argonne. « Nous n’en sommes qu’aux premiers stades, mais les essais fournissent les données dont nous avons besoin pour apporter des modifications au mode de combustion ou à d’autres parties du moteur afin d’améliorer les performances », poursuit-il. Plus catégorique, Douglas Longman, directeur du groupe Advanced Power Systems Research d’Argonne, estime que « le moteur à pistons opposés a un énorme potentiel de décarbonation en fonctionnant à l’hydrogène ».

Faire aussi bien que le Diesel et sans pollution

Spécialisé dans l’hydrogène, ce laboratoire est bien placé, car il dispose d’installations adaptées : une plate-forme de moteur monocylindre à pistons opposés avec une chambre de combustion nouvellement conçue et optimisée pour la recherche sur les moteurs moyens et lourds, ainsi qu’un système de stockage d’hydrogène. L’objectif est désormais d’atteindre l’efficacité, la densité de puissance et le couple des moteurs diesel, tout en éliminant les émissions de gaz à effet de serre.

C’était une grande première pour Achates, qui cible son moteur à hydrogène pour les camions de taille moyenne à grande, les véhicules tout-terrain pour des industries telles que l’exploitation minière et l’agriculture, et les véhicules militaires.

Lire le communiqué.

*Le cycle de combustion à deux temps du moteur produit deux fois plus de coups par tour de vilebrequin qu’un moteur à quatre temps standard. De cette façon, il délivre plus de puissance. Le moteur est également plus léger, moins cher et plus facile à construire.

Vous voulez en savoir plus sur les États-Unis ? Alors nos derniers articles sur ce pays devraient vous intéresser. Vous pouvez accéder à tous nos articles écrits sur les États-Unis ici.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

à propos de l'auteur

Laurent Meillaud

Laurent Meillaud

Journaliste automobile depuis plus de 30 ans, suivant les évolutions technologiques, je m'intéresse aussi aux énergies alternatives, dont l'hydrogène que je suis depuis 20 ans. J'ai co-écrit un ouvrage à ce sujet en 2007 avec Pierre Beuzit, ancien patron de la R&D chez Renault. Je collabore également depuis 2016 à la newsletter de France Hydrogène.

Nos derniers articles

Osez l'hydrogène