IMG_9160

L’annonce a été faite en exclusivité dans le cadre du congrès Hyvolution. Sébastien Grellier, le directeur de la communication de Toyota, a révélé que de premiers exemplaires de la Mirai seraient livrés en France, d’ici quelques mois. Ils seront réservés à des partenaires qui ont un intérêt réel pour l’hydrogène et qui sont aussi pour certains des membres de la filière. Ce sont des acteurs privés et publics.

La priorité est de desservir Paris. La capitale dispose d’un point de ravitaillement à 700 bars, grâce à la station provisoire d’Air Liquide, et la mairie de Paris a déjà fait part de son envie d’intégrer la Mirai dans sa flotte municipale.

Le grand public devra en revanche attendre encore un peu pour acheter une Mirai. Alors que seulement quelques pays sont aujourd’hui couverts, avec le Danemark, l’Allemagne et l’Angleterre (la Belgique va suivre prochainement, grâce à une station basée à Zaventem près de Bruxelles, sur un terrain cédé par Toyota Europe), une deuxième vague est prévue en 2017. La France pourrait en faire partie, à moins que cette échéance ne soit reportée à 2018.

Mais, ce qui est certain, c’est que la Mirai va rouler dans Paris. Et pas seulement autour du parc floral de Vincennes, comme cela a été le cas pendant les deux jours du congrès Hyvolution.