Air liquide zaventem

A l’occasion de l’inauguration de la station de remplissage en hydrogène de Zaventem, près de l’aéroport de Bruxelles, Xavier Pontone, directeur général d’Air Liquide Advanced Business, a exposé à Industries et Technologies pourquoi le groupe mise plus que jamais sur la mobilité hydrogène. Il explique par exemple que « le 100 % électrique ne convient pas pour des taxis qui ont besoin de suffisamment d’autonomie, et de recharger rapidement les véhicules. Un plein d’hydrogène, pour 600 km d’autonomie, est réalisé en 3 minutes, contre 20 à 40 minutes et 250 km d’autonomie pour l’électricité ». Par ailleurs, il peut y avoir une complémentarité intéressante avec le gaz naturel. « Silencieux, le véhicule à hydrogène trouve donc une place intéressante pour les centres villes, tandis que le biogaz est une solution pertinente pour les camions, qui peuvent stocker une grosse quantité de gaz liquéfié. Nous développons aussi une solution utilisant l’azote liquide dans des camions pour le transport frigorifique », poursuit Xavier Pontone.

Air Liquide estime que « nous pourrions alors avoir des stations multifluides fournissant azote liquide, hydrogène et bio-méthane ».

Par ailleurs, ce cadre donne quelques indications intéressantes. « Dans le cadre de notre engagement Blue Hydrogen, nous nous sommes fixés l’objectif de produire 50 % de l’hydrogène pour la mobilité sans rejet de CO2 d’ici 2020, poursuit Xavier Pontone. Pour cela, il est possible de remplacer ce méthane fossile par du bio-méthane* ou de produire l’hydrogène par électrolyse, à partir de l’électricité produite par les énergies renouvelables. Celles-ci sont l’élément déclenchant de la mobilité verte. L’hydrogène permet de stocker l’électricité excédentaire, avant d’être transporté en camion jusqu’aux stations de recharge sous une pression de 200 à 350 bars, et peut-être demain avec de nouveaux emballages sous 700 bars, pour plus d’efficacité », conclut M. Pontone dans le cadre de cette interview donnée à Industries et Techniques.

*En Suède, Air Liquide possède 48 stations de recharge et 70 % de la flotte de véhicules au gaz sont alimenté par le bio-méthane. L’avantage, c’est que les véhicules existent déjà sur le marché. Par rapport à un véhicule thermique avec la norme euro 6, un véhicule au gaz-naturel rejette 80 % de moins de NOx, 20 % de moins de CO2 et fait moitié moins de bruit.