Les détracteurs de la pile à combustible mettent souvent en avant le coût, en raison de l’utilisation de platine, un métal précieux qui représentent jusqu’à 50 % de son coût. Tout l’objet du projet européen CHIPCAT (Design of thin-film nanocatalysts for on-chip fuel cell technology), est justement de rechercher une alternative viable à l’utilisation de nanoparticules de platine.

L’Université de Bourgogne a participé à ces travaux.

Selon Techno-Science.net, les chercheurs ont exploré la piste des catalyseurs en couche mince. Ils ont utilisé des catalyseurs en film mince à base d’oxydes de cérium combinés à du platine (Pt-CeOx), qui avaient fait l’objet de demandes de brevet avant la naissance du projet CHIPCAT. La technologie permet d’optimiser l’efficacité du platine.

Les nouveaux nanocatalyseurs en couche mince sont constitués d’atomes de platine, principalement à l’état ionique, dispersés dans une matrice d’oxyde de cérium réductible. Selon les tests, ils durent plus longtemps que les catalyseurs classiques.

Les conclusions du projet CHIPCAT ont fait l’objet de 60 publications.