Depuis le Japon, où se déroule FC Expo, Symbio vient de présenter l’intégration d’une pile à combustible dans un utilitaire de Nissan. Utilisée en tant que range extender, cette technologie permet d’étendre à 500 km l’autonomie du e-NV200. Une solution qui pourrait intéresser les gestionnaires de flottes de taxis.

Applicable sur les versions 5 ou 7 places de ce modèle de Nissan, la solution combine une pile de 15 kW avec un réservoir de 3,8 kg d’hydrogène (dont le plein ne prend que 3 mn). Elle vient en complément de la batterie (24 ou 36 kWh). C’est le schéma déjà appliqué chez Renault avec le Kangoo ZE.

L’objectif de Symbio est de commercialiser rapidement ce véhicule sur le marché européen, où la pollution de l’air devient un problème de société. Certaines villes adoptent déjà des réglementations contraignantes, pour que 20 à 50% de leur parc automobile soit composé de véhicules propres. En outre, les taxis urbains ont été identifiés comme une source importante de pollution de l’air.

Fabio Ferrari, Président de Symbio a déclaré : « Pour respecter l’engagement de l’entreprise en faveur d’un environnement plus durable et d’une meilleure qualité de l’air dans les villes, nous avons exploré de nouveaux usages : les véhicules de transport de personnes. Avec une pile à hydrogène dans le 5-7 places électrique de Nissan, les taxis pourront contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air sans modifier leurs activités quotidiennes ».