C’est en ce jeudi 5 octobre, jour de la cérémonie de passation de la Présidence des quatre moteurs de l’Europe (régions Rhône-Alpes-Auvergne, Bade-Wurtemberg, Catalogne et Lombardie), et qui échoit à Laurent Wauquiez, que la région Rhône-Alpes-Auvergne, a décidé de lancer officiellement le projet Zero Emission Valley.

Laurent Wauquiez a indiqué ce matin que les régions devaient peser sur les instances européennes, en matière de choix énergétiques.

Dans les grandes lignes, l’objectif est de déployer 20 stations à hydrogène et de faire en sorte, via un financement, que les 1000 premiers véhicules à hydrogène qui rouleront dans la région, verront leur coût d’utilisation ramené à l’équivalent d’un modèle thermique. « C’est une action qui permet d’amorcer la mobilité à hydrogène, commente Fabio Ferrari, le PDG de Symbio. Au lieu d’attendre que les constructeurs ou les fabricants de station bougent, la région va jouer un rôle d’architecte et favoriser le développement combiné de stations et de véhicules ».

Le budget est de 70 millions hors R&D, dont 15 seront pris en charge par la région. Celle-ci compte sur des aides publiques, dans le cadre de l’Europe et des Investissements d’Avenir.

Pourquoi ce choix ? Il se trouve que la filière hydrogène est particulièrement représentée en Auvergne-Rhône-Alpes :
80 % des acteurs français de la filière
67 projets H2 labellisés Tenerrdis et financés depuis 2005
219 M€ de budget total sur la filière
102 M€ de financement public
119 acteurs en région dont : 55 entreprises, 26 laboratoires de recherche, 8 collectivités

Source : pôle de compétitivité Tenerrdis.