Le salon Equip Auto, qui a débuté aujourd’hui et va se poursuivre jusqu’à samedi, porte de Versailles à Paris, est l’occasion pour la filière de l’après-vente de réfléchir sur l’arrivée des nouvelles technologies. Sur le salon, on peut voir des véhicules hybrides ou électriques. En revanche, il est encore trop tôt pour y présenter la pile à combustible, même si les réparateurs savent que cela viendra un  jour.

Sur le plateau TV d’Equip Auto, le site Zepros a mené une étude sur la perception par les réparateurs des nouvelles technologies. Il n’y pas d’opposition de principe. Les réparateurs savent que l’hydrogène viendra, comme la voiture autonome. Mais, cela n’arrivera pas avant des années. Ce n’est donc pas leur priorité.

On peut en revanche souligner que le GARAC (école nationale des professions de l’automobile) évoque l’hydrogène dans les technologies d’avenir, au même titre que l’hybride rechargeable, l’après-vente connectée ou le véhicule autonome. Il a été question aussi de la technologie, au sein d’un débat à Equip Auto qui portait sur l’avenir des moteurs thermiques, sur le plateau TV. Un expert de Delphi a évoqué l’hydrogène, comme une piste d’avenir. C’est d’ailleurs un thème qui sera évoqué aussi lors du congrès SIA Powertrain, qui aura lieu l’été prochain à Rouen.

Vendredi, sur le plateau TV d’Equip Auto, le responsable après-vente de Hyundai France, Jean-François Taillefer, viendra évoquer la maintenance de ce type de véhicule. La marque coréenne a déjà des véhicules qui roulent en France, dans des entreprises ainsi que dans la flotte de taxis Hype à Paris.

Mais pour le moment, l’hydrogène est plutôt utilisé pour faire du décalaminage. Un procédé qui laisse sceptique les experts, quant à son efficacité, et qui ne donne pas forcément une image très valorisante.